Des aliments produits au Kenya au menu du dîner des minitres organisé par le PNUE -

Nairobi, 19 février 2013 – Des centaines de ministres et de hauts fonctionnaires ont dîné  autour d’un repas composés de bons produits alimentaires du Kenya mais rejetés par les supermarchés britanniques en raison d’imperfections cosmétiques. Le dîner a été organisé au siège du Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE) à Nairobi pour mettre en évidence une grande campagne de lutte contre les quantités importantes de nourriture perdus au gaspillé au niveau global.


La réception « zéro-déchets »,  a eu lieu lors du premier Conseil d'administration du PNUE sous l’adhésion universelle, a appuyé l’initiative: Pensez –Mangez-Préservez- Réduisez votre empreinte ;  une initiative lancée en janvier par le PNUE, l'Organisation pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et leurs partenaires tels que Feeding the 5000  et Messe Düsseldorf.


La campagne a pour objectif  de promouvoir les actions entreprises par les consommateurs et les distributeurs alimentaires pour réduire de façon importante les 1,3 milliard de tonnes de nourriture perdu ou gaspillé chaque année (qui ,outre les implications de coûts et les impacts environnementaux augmentent la  pression sur le système alimentaire mondial déjà en difficulté ) et aide à façonner un durable avenir.


« Aucun argument économique, environnemental ou éthique ne peut être fait  pour justifier l'ampleur du gaspillage et de la perte alimentaires qui se passe actuellement dans le monde, et au PNUE nous pratiquons ce que nous prêchons,» a déclaré le Secrétaire général adjoint des Nations Unies et Directeur exécutif du PNUE, Achim Steiner. «A travers ce  dîner, nous démontrons aux distributeurs, aux consommateurs et aux décideurs  politiques qui peuvent pousser au changement que la quantité étonnante de nourriture que nous jetons n'est pas seulement comestible et nutritive, mais aussi délicieuse. »


Tristram Stuart, auteur du gaspillage alimentaire et fondateur de Feeding the 5000, organisation partenaire clé qui a organisé des dîners similaires durant des années, a visité des producteurs à travers le Kenya et a procuré 1600 kilogrammes de fruits et légumes non désirés pour l’organisation du repas et pour don aux organismes de bienfaisance au niveau local.


Le rejet de cette nourriture produite pour l’exportation est dû en grande partie à des normes strictes sur l'apparence ou les commandes modifiées après que  les légumes aient  été récoltés. Certains de ces produits indésirables sont vendus sur le marché local ou donnés, mais les quantités sont si importantes que les marchés locaux ne peuvent pas gérer ce volume et une importante partie de cette nourriture est soit laissée à l'abandon ou au bétail – Un certain ressentiment est présent parmi les agriculteurs est Kenyan qui ne peuvent pas supporter les coûts eux-mêmes.


 « C'est un scandale que tant de nourriture soit gaspillée dans un pays où des millions de personnes souffrent de la faim, nous avons rencontré un producteur fournissant un supermarché au Royaume-Uni qui est forcé de  jeter  jusqu'à 40 tonnes de légumes chaque semaine, ce qui représente 40 pour cent de ce qu'il ce qu’il produit », a déclaré M. Stuart. « La perte de légumes  « laids »parfaitement comestibles est un fléau dans nos systèmes de production alimentaire et symbolise notre négligence. »
« Mais cela représente également une opportunité énorme: en persuadant les supermarchés de changer leurs normes, et en développant la transformation et d'autres moyens de commercialisation de ce produit, nous pouvons aider à augmenter  les revenus  des fermes et le stock alimentaire là  où le besoin se fait le plus sentir », a t-il ajouté. «Ce dîner, ainsi que les autres évènements que Feeding the 5000 a organisé, vise à changer les mentalités et à mettre en avant les meilleures pratiques, en montrant qu’il n’y a absolument aucun mal avec cette nourriture que nous jetons avec tant de désinvolture. »
Tandis que les supermarchés du Royaume-Uni s’inscrivent dans ce cadre ici au Kenya, les experts estiment que des pratiques similaires se déroulent en vertu des normes des supermarchés dans plusieurs zones des pays développés, et de plus en plus dans certaines parties du monde en développement.


Chef Ray Cournede, du prestigieux Hôtel Windsor de Nairobi, a utilisé la nourriture sauvé pour cuisiner un repas  composé de cinq plats comprenant des délices tels des Tamales de maïs doux grillés, Dal de lentilles jaunes au tamarin et au  Mangomisu - Tiramisu avec une touche tropicale.   M. Cournede a également préparé un chutney de mangue accompagné de pelures de fruits confits. Ce qui montre des façons de préserver et utiliser les fruits de saison


Le dîner était un événement zéro déchet: les invités ont été encouragés à emporter leurs  restes dans des sacs et beaucoup de fruits et légumes ont été donnés à MCEDO, une organisation communautaire qui  a un programme d'alimentation  au niveau d’une école pour 580 enfants dans le campement informel de Mathare à Nairobi.


Les chanteurs Kenyans Eric Wainaina et  Suzanna Owiyo qui promouvront la campagne sur le gaspillage alimentaire, nommés ambassadeurs de bonne volonté au niveau national se sont produits lors de l’évènement.


La campagne Think.Eat.Save. Reduce Your Foodprint  intitulée en français « Pensez. Mangez. Preservez - Dites NON au gaspillage alimentaire! »: vient en appui à l’initiative  Save Food  « conservons les aliments »  qui a pour but de réduire le gaspillage et la perte des aliments le long de l’ensemble de la chaine de production et de consommation. Cette initiative est entreprise par la FAO et l’organisateur de salons professionnels Messe Düsseldorf ainsi que l’initiative Zero Challenge « le défi Faim Zéro » lancé par le Secrétaire Général des Nations Unies. La nouvelle campagne cible spécifiquement la nourriture gaspillée par les consommateurs, les distributeurs alimentaires et l'industrie hôtelière.


A travers le monde, environ un tiers de la nourriture produite, soit une valeur d'environ 1 trillions  de dollars, est perdu ou gaspillé dans les systèmes de production et de consommation alimentaire selon les données publiées par la FAO. La perte de nourriture se produit surtout dans les phases de production c'est-à-dire la récolte, la transformation et la distribution - alors que le gaspillage alimentaire se déroule généralement au niveau du distributeur alimentaire et du consommateur, à la fin de la chaîne d'approvisionnement alimentaire


Selon la FAO (http://www.fao.org/save-food/fr/), environ 95 pour cent de la perte d’aliments et du gaspillage alimentaire des pays en développement sont des pertes accidentelles qui interviennent dans les premiers stades de la chaîne d'approvisionnement alimentaire. La raison de ces pertes est relative aux restrictions financières et managériales des techniques de récoltes ; aux méthodes de refroidissement et de conservation dans des conditions climatiques difficiles ; aux infrastructures ; aux systèmes de commercialisation et d’emballage.

Cependant, dans le monde développé la fin de la chaîne alimentaire est beaucoup plus significative. Au niveau de la fabrication et de la vente, d’importantes quantités de nourriture sont gaspillées en raison de pratiques inefficaces et de normes de qualité mettant un accent important sur l’apparence. La confusion des étiquettes de péremption incitent les consommateurs à jeter de la nourriture encore comestible en raison de la surconsommation ; des conditions de conservation inappropriées et de repas préparés en trop  grande quantité.


Les déchets par habitant pour les consommateurs en Europe et en Amérique du Nord / Océanie est comprise entre 95 et 115 kg par an, tandis que les consommateurs en Afrique sub-saharienne et   au sud-est de l'Asie  ne jette seulement que 6 à 11 kg par an.


« Ensemble, nous pouvons renverser cette inacceptable tendance et améliorer des vies. Dans les régions industrialisées, près de la moitié de la  totalité de la nourriture gaspillée,  soit environ 300 millions de tonnes par an,  se produit en raison de rejet d’aliments encore propres à la consommation effectué par les producteurs, les distributeurs alimentaires ainsi que les consommateurs », selon  M. José Graziano Da Silva, Directeur Général de la FAO. « Cela représente une quantité plus importante que la totalité  nette de nourriture produite en Afrique sub-saharienne, qui serait suffisante pour nourrir les 870 millions de personnes affamées dans le monde ».


NOTES AUX EDITEURS


Pensez.Mangez. Preservez. Réduisez votre empreinte 
La campagne s’appuie sur l’expertise d’organisations tels que WRAP (programme d’actions sur les ressources et le gaspillage), Feeding the 5000 et d’autres partenaires, y compris les gouvernements au niveau national, qui ont une expérience considérable pour cibler et  changer les pratiques de gaspillage. Elle a pour objectif d’accélérer l’action et fournir une vision holistique et un portail de partage d’information pour les diverses et nombreuses initiatives en cours dans le monde. 
Visitez www.thinkeatsave.org/french and www.unep.org/wed 


SAVE FOOD Initiative
L’initiative globale Save food sur la perte et le gaspillage alimentaires est un partenariat entre les companies et les organisations à travers le monde pour réduire les 1,3 milliards de tonnes de nourriture estimés être perdus ou gaspillés chaque année. Pour plus d’informations sur els faits et chiffres sur le gaspillage et la perte alimentaire, visitez : http://www.fao.org/save-food/en/


Feeding the 5,000 
Feeding the 5000 est une campagne globale contre le gaspillage alimentaire dont les évènements éclairs fournissent 500 repas gratuits composés de nourriture qui aurait autrement été gaspillé. Pour plus d’informations, visitez : http://www.feeding5k.org/


L’Etat du système alimentaire mondial 
Le système alimentaire mondial a de profondes répercussions sur l’environnement, et le fait de produire plus de nourriture que consommé ne fait qu’exacerber les pressions, quelques-unes parmi lesquelles :

  • Plus de 20 pour cent de toute la terre cultivée, 30 pour cent des forêts et 10 pour cent des pâturages sont en cours de dégradation ;
  • Globalement 9 pour cent des ressources d’eau sont perdus, 70 pour cent de cette proportion  est destinée à  l'agriculture irriguée;
  • L’agriculture et les changements de terre tels que la déforestation contribuent à plus de 30% des émissions total de gaz à effet de serre;
  • Globalement le système agroalimentaire consomment  près de 30% de l’énergie disponible ;
  • La surpêche et la mauvaise gestion contribue  à la baisse du nombre de poisons, quelques 30% des stocks de poissons marins sont désormais considérés surexploités.

Pour sensibiliser et rejoindre  la campagne, veuillez contacter :
Lucita Jasmin, Responsable de l’unité des évènements spéciaux, PNUE
+254 20 762 3401
This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
Pour plus d’information, veuillez contacter: 
PNUE 
Nick Nuttall, Porte-parole et Directeur de la Communication du PNUE
+41 795965737, +254733632755                                                                                   
This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.                                                                                                        
Salle de presse du PNUE  (Nairobi)
+254 20 762 5211 
This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.  

Partenaires